Flash infos
  • La FFAAIR

    60 associations au service des malades respiratoires

  • La FFAAIR

    Une fédération qui défend les malades dans toutes les instances de la société

  • La FFAAIR

    Une fédération où la solidarité et la convivialité ne sont pas que des mots

  • La FFAAIR

    Une fédération qui forme et informe régulièrement les malades

  • La FFAAIR

    Une fédération qui cultive le partenariat dans toutes étapes de son développement

  • Une bonne année pour notre santé

    L'année 2015 est engagée depuis quelques jours. Je ne voudrais pas manquer à la tradition en souhaitant à tous nos lecteurs, aux adhérents de nos nombreuses associations ainsi qu'à leur famille, à tous ceux, professionnels de santé, prestataires et fabricants de matériels médical qui nous acompagnent au quotidien,  une bonne et heureuse année et avant toute chose une bonne santé.

    Notre pays vient de traverser une épreuve particulièrement difficile avec cet odieux attentat contre un journal et, à travers lui, contre l'un des fondements de notre démocratie : la liberté de penser et de s'exprimer. Nous sommes tous devenus "Charlie", même si nous n'avons pas toujours partagé les provocations de ses journalistes, et nous nous associons pour l'heure au chagrin des familles des personnes assassinées, auxquelles nous présentons nos plus sincères condoléances.

    L'année 2015 verra la naissance d'une nouvelle loi sur la Santé. Une de plus, me direz vous, alors même que de plus en plus de nos concitoyens renoncent à des soins ou les remettent à plus tard, en attendant des jours meilleurs. Cette loi nous propose un tiers payant que des médecins refusent, alors même qu'il s'agit là d'un outil pour faciliter l'accès aux soins des patients sans remettre pour autant en cause le libre choix du médecin ou le caractère libéral de son exercice. Elle envisage également d'accentuer la prévention, en particulier dans le domaine de la lutte contre le tabagisme en ciblant les populations des jeunes, filles et garçons, de ce pays. Elle projette de renforcer le premier recours en pronant une "révolution" en la matière et un virage ambulatoire qui devrait donner une plus grande place aux médecins généralistes traitant. Enfin, elle préconise un renforcement de la démocratie sanitaire, attendu depuis longtemps par nos associations de malades qui doivent occuper une plus grande place dans notre système de santé.

    Tout cela ne se fera pas d'en haut, à partir d'un cadre fixé par l'Etat. Les acteurs de terrain, professionnels de santé et représentants des associations de patients seront les moteurs de la future réforme de la santé. Sans eux, aucune réforme ne peut réussir sur un terrain aussi complexe que celui de la santé où les compétences des uns doivent trouver l'adhésion des autres.

    L'année 2014 s'est achevée sur une grande victoire pour les malades apnéiques du sommeil et au delà pour les assurés sociaux en général. Le Conseil d'Etat a tranché sur une question importante : aucune prise en charge d'un traitement ne pourra à l'avenir être conditionné à la bonne observance, c'est à dire au suivi de ce dernier. Mais cette décision n'efface par pour autant la responsabilité qui est la nôtre, celle de tout malade, de bien suivre les traitements qui nous sont prescrits. C'est une des conditions de la guérison, mais aussi du bon usage des deniers publics confiés à la santé.

    A tous et à tous, je renouvelle mes voeux de bonheur et de bonne santé, mais aussi celui de voir 2015 être surtout une année de la fraternité et de l’entente cordiale, loin des querelles de chapelle et des velléités de division.

    Pierre Casadevall, Président de la FFAAIR


    La téléobservance est morte, place à la télésurveillance !

    La téléobservance est morte, place à la télésurveillance !

    Le Conseil d'État a mis un terme aux polémiques engendrées par la volonté de conditionner le remboursement du traitement par pression positive continue (PPC) aux conditions d'observance telles que prévues dans les arrêtés du 9 janvier 2013 et du 22 octobre 2014. Il faut tourner la page qui clôt le chapitre de la téléobservance des malades apnéiques du sommeil et passer rapidement au chapitre suivant : celui de la télésurveillance, que médecins et malades appellent de leurs voeux depuis longtemps.
    Lire »

    Les malades apnéiques du sommeil n'auront plus à justifier d'une observance à leur traitement

    Les malades apnéiques du sommeil n'auront plus à justifier d'une observance à leur traitement

    Les deux arrêtés du 9 janvier et du 22 octobre 2013 de la ministre de la Santé et du ministre du Budget, qui visaient à modifier les modalités de prise en charge, par l’assurance maladie obligatoire du dispositif médical dit à pression positive continue (PPC) viennent d'être annulés par le Conseil d'Etat. Ce dernier met un terme à des dispositions qui voulaient subordonner la prise en charge du coût du traitement par PPC à une utilisation effective et normée du dispositif médical.
    Lire »

Haut