FFAAIR.ORG

Vaccinations : pourquoi opposer médecins et pharmaciens ?


Une récente note de la Direction générale de la Santé (DGS) relatif à la campagne de vaccination en officine contre la Covid 19 a mis le feu aux poudres entre structure du ministère de la Santé et l’ensemble de la communauté des généralistes. Les patients n’ont rien à gagner de la confusion et de l’improvisation.

« Le décret n° 2021-248 du 4 mars 2021, pris après l’avis de la HAS du 1ermars 2021, élargit les compétences vaccinales des sages-femmes, des pharmaciens (d’officines, des pharmacies mutualistes et de secours minières) et des infirmiers », indique la note DGS Urgent en date du 7 mars. Elle souligne ainsi que les pharmaciens sont désormais habilités à « prescrire les vaccins à ARNm et à vecteur viral » ainsi qu’à les « administrer » dans leurs officines et en centres de vaccination tout comme ils peuvent prescrire et administrer les vaccins à ARNm en centres de vaccination. Attendue de longue date par les officinaux, ce feu vert n’avait rien en soi de choquant. Sauf qu’il est assorti d’injonctions pour le moins contradictoires avec la récente intervention des médecins généralistes traitant sur le terrain de la même vaccination anti-Covid 19 !

Car l’ouverture annoncée par la DGS de permettre aux pharmaciens de passer commande à compter du 8 mars – pour livraison le 18 ou 19 mars – est associée à l’impossibilité pour les médecins de prendre leurs commandes auprès des mêmes officinaux « compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca (environ 28 000 flacons disponibles à la commande) ». En un mot, la DGS propose de déshabiller Pierre pour habiller Jacques ! le DGS Urgent est signé par Jérome Salomon, Directeur général de la DGS. Celui-là même qui s’est si bien distingué dans la première phase de la pandémie sur la question des masques.

Désinvolture

Pour les généralistes membres de la Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF), la décision d’interdire aux médecins cette semaine de commander du vaccin Astra-Zeneca, pour permettre aux officines de vacciner, est qualifiée d’aberrante ! « De qui se moque-t-on ? » ajoute le syndicat. La CSMF déplore cette exclusion des médecins de la vaccination, alors même qu’ils se sont massivement engagés dans cette dernière ces dernières semaines au plan national. « Les médecins libéraux sont révoltés par autant de désinvolture, et autant de mépris pour les efforts qu’ils développent depuis plusieurs semaines. »
A l’annonce de la décision du Pr Salomon, le syndicat des généralistes MG France va plus loin et réclame la démission du directeur. « Vendredi on nous demande de vacciner le week-end. Nous répondons « Présents » ! Le dimanche suivant, on nous prive de vaccins ! », clame MG France en parlant d’une « sortie de route de la DGS ».
« Les professionnels qui vaccinent déjà, médecins, infirmiers, avec l’aide logistique des pharmaciens, ont organisé des rendez-vous qu’il faut honorer », précise de son côté la Fédération nationale des Communautés Professionnels territoriales de Santé (FNCPTS) qui réclame la fin des « incohérences » et se dit « ulcérée par cette gestion chaotique. « Le samedi on accélère et le dimanche soir, on freine violemment », ajoute la Fédération qui note la défaillance dans l’organisation même de la vaccination. « Prévoir des rendez-vous avec 10 à 15 jours d’avance, cela se fait en fonction des stocks existants ou des livraisons certaines, en centre de proximité comme dans les lieux habituels de soins. »

Gouvernance à la petite semaine

« Comme l’ensemble de la profession, le Collège de la Médecine Générale a découvert avec stupéfaction la note DGS-Urgent du 7 mars 2021 qui, en ouvrant la possibilité de vacciner aux pharmaciens, demande à ceux-ci de ne pas commander de vaccins pour les médecins généralistes cette semaine », souligne l’organisme qui représente les généralistes enseignants. Le collège ajoute que « cette directive illustre parfaitement, s’il en était encore besoin, que la montée en charge de cette campagne de vaccination ne dépend pas des vaccinateurs mais bien des stocks de vaccins disponibles. »

Ce mardi 9 mars, c’est d’une même voix que l’ensemble des syndicats de médecins crient leur indignation devant cette gestion purement médiatique des vaccinations COVID. « Il est irrespectueux d’épuiser les soignants déjà surmenés, et simultanément de leur reprocher de ne pas utiliser des stocks qui n’existent pas », font savoir la CSMF, MG France, la FMF et le SML réunis dans un même communiqué « Il est inacceptable que l’administration piétine les acteurs de terrain, faisant prendre des risques à la campagne vaccinale. »

« L’organisation de la vaccination (tri des patients éligibles, appel, rendez-vous, logistique) nécessite une grande visibilité et pas une gouvernance à la petite semaine, guidée par les seuls impératifs de la communication politique », conclut les auteurs de l’appel au gouvernement

Cette triste affaire illustre qu’en matière de vaccination, l’improvisation domine une  logistique bien organisée, qui n’est toujours pas au rendez-vous ! Une improvisation qui semble dominer dans la gestion gouvernementale de la pandémie, en particulier sur le terrain d’une vaccination qui devrait nous permettre de sortir de la crise sanitaire. Après les ratés sur masques, sur les tests, puis sur les stocks de vaccins, voici un nouveau dérapage qui ne peut qu’être préjudiciable aux patients. Car la décision de la DGS ne peut que semer le trouble dans les rangs de ceux qui, malades ou pas, attendent d’être vaccinés pour être assurés de ne pas tomber malade sous le coup de la Covid-19.

La FFAAIR demande au ministre de la Santé de remettre la vaccination sur les rails sans opposer les médecins traitants, les infirmières et les pharmaciens. Chacun doit être à sa place dans cette campagne de vaccination et les patients doivent clairement savoir à qui ils doivent s’adresser et à qui il peuvent faire confiance.

 



© 2021 FFAAIR
Fédération Française des Associations et Amicales de malades, Insuffisants ou handicapés Respiratoires